ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT - Paul Brady


Voter pour ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT :
Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter

Paroles de Paul Brady - ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT

Oh, me and my cousin, one Arthur McBride

As we went a-walking down by the seaside

Now, mark what followed and what did betide

For it being on Christmas morning...

Out for recreation, we went on a tramp

And we met Sergeant Napper and Corporal Vamp

And a little wee drummer, intending to camp

For the day being pleasant and charming.



"Good morning ! Good morning!" the sergeant did cry

"And the same to you gentlemen!" we did reply ,

Intending no harm but meant to pass by

For it being on Christmas morning.

But says he, "My fine fellows if you will enlist,

It's ten guineas in gold I will slip in your fist

And a crown in the bargain for to kick up the dust

And drink the King's health in the morning.



For a soldier he leads a very fine life

And he always is blessed with a charming young wife

And he pays all his debts without sorrow or strife

And always lives pleasant and charming...

And a soldier he always is decent and clean

In the finest of clothing he's constantly seen

While other poor fellows go dirty and mean

And sup on thin gruel in the morning."



"But", says Arthur, "I wouldn't be proud of your clothes

For you've only the lend of them as I suppose

And you dare not change them one night, for you know

If you do you'll be flogged in the morning.

And although that we are single and free

we take great delight in our own company

And we have no desire strange faces to see

Although that your offers are charming

And we have no desire to take your advance

All hazards and dangers we barter on chance

For you would have no scruples for to send us to France

Where we would get shot without warning"



"Oh now!", says the sergeant "I'll have no such chat

And I neither will take it from spalpeen or brat

For if you insult me with one other word

I'll cut off your heads in the morning"

And then Arthur and I we soon drew our hods

And we scarce gave them time for to draw their own blades

When a trusty shillelagh came over their heads

And bade them take that as fair warning



And their old rusty rapiers that hung by their side

We flung them as far as we could in the tide

"Now take them out, Divils!", cried Arthur McBride

"And temper their edge in the morning".

And the little wee drummer we flattened his pow

And we made a football of his rowdeydowdow

Threw it in the tide for to rock and to row

And bade it a tedious returning



And we having no money, paid them off in cracks

And we paid no respect to their two bloody backs

For we lathered them there like a pair of wet sacks

And left them for dead in the morning.

And so to conclude and to finish disputes

We obligingly asked if they wanted recruits

For we were the lads who would give them hard clouts

And bid them look sharp in the morning.



Oh me and my cousin, one Arthur McBride

As we went a walkin' down by the seaside,

Now mark what followed and what did betide

For it being on Christmas morning

Imprimer ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT - Paul Brady

Video de Paul Brady - ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT

Traduction de Paul Brady - ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT

Oh, moi et mon cousin, un Arthur McBride

Alors que nous nous promenions au bord de la mer

Maintenant, notez ce qui a suivi et ce qui s'est passé \u003cbr />
Pour que ce soit le matin de Noël ...

Pour les loisirs, nous sommes allés sur un clochard

Et nous avons rencontré le sergent Napper et le caporal Vamp

Et un petit batteur tout petit, ayant l'intention de camper

Pour la journée agréable et charmante.



"Bonjour bonjour!" le sergent a pleuré \u003cbr />
"Et la même chose pour vous messieurs!" nous avons répondu,

N'ayant pas l'intention de nuire mais censé passer par

Pour que ce soit le matin de Noël.

Mais dit-il, "Mes bons amis si vous vous engagez,

C'est dix guinées en or que je glisserai dans ton poing

Et une couronne à négocier pour faire monter la poussière

Et buvez la santé du roi le matin.



Pour un soldat, il mène une vie très belle

Et il a toujours la chance d'avoir une charmante jeune femme

Et il paie toutes ses dettes sans chagrin ni conflit

Et vit toujours agréable et charmant ...

Et un soldat, il est toujours décent et propre

Dans les plus beaux vêtements, il est constamment vu

Alors que d'autres pauvres boursiers deviennent sales et méchants

Et souper sur une fine bouillie le matin. "



"Mais", dit Arthur, "Je ne serais pas fier de tes vêtements

Car vous n'en avez que le prêt comme je suppose

Et vous n'osez pas les changer une nuit, car vous savez

Si vous le faites, vous serez fouetté le matin.

Et bien que nous soyons célibataires et libres

nous nous réjouissons de notre propre entreprise

Et nous n'avons pas envie de visages étranges pour voir

Bien que vos offres soient charmantes

Et nous n'avons aucune envie de prendre votre avance

Tous les dangers et dangers que nous échangeons au hasard

Car tu n'aurais aucun scrupule à nous envoyer en France

Où nous serions abattus sans avertissement "



"Oh maintenant!", Dit le sergent "Je n'aurai pas une telle conversation

Et je ne le prendrai ni de spalpeen ni de gosse

Car si tu m'insultes avec un autre mot

Je te couperai la tête le matin "

Et puis Arthur et moi nous avons bientôt dessiné nos culs

Et nous leur avons à peine laissé le temps de dessiner leurs propres lames

Quand un fidèle shillelagh est venu au-dessus de leurs têtes

Et leur a ordonné de prendre cela comme un avertissement juste



Et leurs vieilles rapières rouillées qui pendaient à leurs côtés

Nous les avons jetés aussi loin que possible dans la marée

"Maintenant, sortez-les, Divils!", A pleuré Arthur McBride

"Et tempérer leur avantage le matin".

Et le petit batteur tout petit nous aplatit sa pow

Et nous avons fait un ballon de foot de son rowdeydowdow

Je l'ai jeté dans la marée pour basculer et ramer

Et lui a fait un retour fastidieux



Et comme nous n?avions pas d?argent, nous les avons payés en fentes

Et nous n'avons pas respecté leurs deux dos sanglants

Car nous les avons moussés là comme une paire de sacs humides

Et les a laissés pour morts le matin.

Et ainsi de conclure et de terminer les différends

Nous avons gentiment demandé s'ils voulaient des recrues

Car nous étions les gars qui leur donnaient des poids durs

Et dites-leur de bien paraître le matin.



Oh moi et mon cousin, un Arthur McBride

Alors que nous nous promenions au bord de la mer,

Maintenant marquez ce qui a suivi et ce qui s'est passé \u003cbr />
Pour que ce soit le matin de Noël

Commentaires sur Paul Brady - ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT

Aucun commentaire sur ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT pour l'instant...

Commenter la musique de Paul Brady - ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT

D'autres titres de Paul Brady

Thématique sur la chanson : ARTHUR MCBRIDE AND THE SERGEANT de Paul Brady

Haut de page