The Lady Of Shalott - Loreena McKennitt


Voter pour The Lady Of Shalott :
Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter Voter

Paroles de Loreena McKennitt - The Lady Of Shalott

On either side of the river lie

Long fields of barley and of rye,

That clothe the world and meet the sky;

And thro' the field the road run by

To many-towered Camelot;

And up and down the people go,

Gazing where the lilies blow

Round an island there below,

The island of Shalott.



Willows whiten, aspens quiver,

Little breezes dusk and shiver

Thro' the wave that runs for ever

By the island in the river

Flowing down to Camelot.

Four grey walls, and four grey towers,

Overlook a space of flowers,

And the silent isle imbowers

The Lady of Shalott.



Only reapers, reaping early,

In among the bearded barley

Hear a song that echoes cheerly

From the river winding clearly

Down to tower'd Camelot;

And by the moon the reaper weary,

Piling sheaves in uplands airy,

Listening, whispers "'tis the fairy

The Lady of Shalott."



There she weaves by night and day

A magic web with colours gay,

She has heard a whisper say,

A curse is on her if she stay

To look down to Camelot.

She knows not what the curse may be,

And so she weaveth steadily,

And little other care hath she,

The Lady of Shalott.



And moving through a mirror clear

That hangs before her all the year,

Shadows of the world appear.

There she sees the highway near

Winding down to Camelot;

And sometimes thro' the mirror blue

The Knights come riding two and two.

She hath no loyal Knight and true,

The Lady Of Shalott.



But in her web she still delights

To weave the mirror's magic sights,

For often thro' the silent nights

A funeral, with plumes and lights

And music, went to Camelot;

Or when the Moon was overhead,

Came two young lovers lately wed.

"I am half sick of shadows," said

The Lady Of Shalott.



A bow-shot from her bower-eaves,

He rode between the barley sheaves,

The sun came dazzling thro' the leaves,

And flamed upon the brazen greaves

Of bold Sir Lancelot.

A red-cross knight for ever kneel'd

To a lady in his shield,

That sparkled on the yellow field,

Beside remote Shalott.



His broad clear brow in sunlight glow'd;

On burnish'd hooves his war-horse trode;

From underneath his helmet flow'd

His coal-black curls as on he rode,

As he rode back to Camelot.

From the bank and from the river

he flashed into the crystal mirror,

"Tirra Lirra," by the river

Sang Sir Lancelot.



She left the web, she left the loom,

She made three paces taro' the room,

She saw the water-lily bloom,

She saw the helmet and the plume,

She looked down to Camelot.

Out flew the web and floated wide;

The mirror cracked from side to side;

"The curse is come upon me," cried

The Lady of Shalott.



In the stormy east-wind straining,

The pale yellow woods were waning,

The broad stream in his banks complaining.

Heavily the low sky raining

Over towered Camelot;

Down she came and found a boat

Beneath a willow left afloat,

And round about the prow she wrote

The Lady of Shalott



And down the river's dim expanse

Like some bold seer in a trance,

Seeing all his own mischance -

With a glassy countenance

Did she look to Camelot.

And at the closing of the day

She loosed the chain and down she lay;

The broad stream bore her far away,

The Lady of Shalott.



Heard a carol, mournful, holy,

Chanted loudly, chanted lowly,

Till her blood was frozen slowly,

And her eyes were darkened wholly,

Turn'd to towered Camelot.

For ere she reach'd upon the tide

The first house by the water-side,

Singing in her song she died,

The Lady of Shalott.



Under tower and balcony,

By garden-wall and gallery,

A gleaming shape she floated by,

Dead-pale between the houses high,

Silent into Camelot.

Out upon the wharfs they came,

Knight and Burgher, Lord and Dame,

And round the prow they read her name,

The Lady of Shalott.



Who is this? And what is here?

And in the lighted palace near

Died the sound of royal cheer;

And they crossed themselves for fear,

All the Knights at Camelot;

But Lancelot mused a little space

He said, "She has a lovely face;

God in his mercy lend her grace,

The Lady of Shalott."

Imprimer The Lady Of Shalott - Loreena McKennitt

Video de Loreena McKennitt - The Lady Of Shalott

Traduction de Loreena McKennitt - The Lady Of Shalott

De chaque côté de la rivière se trouvent

Longs champs d'orge et de seigle,

Qui habillent le monde et rencontrent le ciel;

Et à travers le champ parcouru par la route

Au Camelot à plusieurs tours;

Et de haut en bas les gens vont,

Regarder où les lys soufflent

Autour d'une île là-bas,

L'île de Shalott.



Les saules blanchissent, le tremble tremble,

Petites brises crépuscule et frisson

À travers la vague qui court pour toujours

Par l'île dans la rivière

Descendant vers Camelot.

Quatre murs gris et quatre tours grises,

Surplombez un espace fleuri,

Et l'île silencieuse imprègne

La Dame de Shalott.



Seuls les moissonneurs, récoltant tôt,

Au milieu de l'orge barbu

Écoutez une chanson qui résonne joyeusement

De la rivière serpentant clairement

Jusqu'à Camelot sur tour;

Et par la lune le moissonneur fatigué,

Gerbes de pieux dans les hautes terres aérées,

Écoute, chuchotements "c'est la fée

La Dame de Shalott. "



Là, elle tisse de jour comme de nuit

Une toile magique aux couleurs gay,

Elle a entendu un murmure dire,

Une malédiction est sur elle si elle reste

Regarder Camelot.

Elle ne sait pas quelle peut être la malédiction,

Et donc elle tisse régulièrement,

Et peu d'autres soins qu'elle a,

La Dame de Shalott.



Et se déplaçant à travers un miroir clair

Qui est devant elle toute l'année,

Des ombres du monde apparaissent.

Là, elle voit l'autoroute près de

Descente vers Camelot;

Et parfois à travers le miroir bleu

Les Chevaliers viennent à cheval deux et deux.

Elle n'a pas de chevalier fidèle et vrai,

La Dame de Shalott.



Mais dans sa toile, elle enchante toujours

Pour tisser les vues magiques du miroir,

Pour souvent à travers les nuits silencieuses

Un enterrement, avec panaches et lumières

Et la musique, est allé à Camelot;

Ou quand la Lune était au-dessus de moi,

Entré récemment deux jeunes amoureux.

"Je suis à moitié malade des ombres", a déclaré \u003cbr />
La Dame de Shalott.



Un tir d'arc de ses avant-toits,

Il est monté entre les gerbes d'orge,

Le soleil est venu éblouissant à travers les feuilles,

Et flambé sur les grèves d'airain

De l'audacieux Sir Lancelot.

Un chevalier de la croix rouge pour toujours à genoux

À une dame dans son bouclier,

Qui scintillait sur le champ jaune,

À côté de la télécommande Shalott.



Son large front clair au soleil brillait;

Sur des sabots brunis, son cheval de guerre a marché;

Sous son casque coulait

Ses boucles noir charbon comme sur sa route,

Alors qu'il revenait à Camelot.

De la rive et de la rivière

il a flashé dans le miroir de cristal,

"Tirra Lirra", au bord de la rivière

Sang Sir Lancelot.



Elle a quitté le Web, elle a quitté le métier à tisser,

Elle a fait trois pas taro 'la pièce,

Elle a vu le nénuphar fleurir,

Elle a vu le casque et le panache,

Elle baissa les yeux sur Camelot.

Il a volé sur le Web et a flotté largement;

Le miroir s'est fissuré d'un côté à l'autre;

"La malédiction est venue sur moi", cria

La Dame de Shalott.



Dans le vent orageux orageux,

Les bois jaune pâle déclinaient,

Le large courant dans ses banques se plaint.

Forte pluie sous le ciel

Camelot surplombé;

Elle est venue et a trouvé un bateau

Sous un saule laissé à flot,

Et autour de la proue qu'elle a écrite

La Dame de Shalott



Et en bas de l'étendue sombre de la rivière

Comme un voyant audacieux en transe,

Voir toute sa propre erreur -

Avec un visage vitreux

A-t-elle regardé Camelot.

Et à la clôture de la journée

Elle a desserré la chaîne et s'est allongée;

Le large ruisseau la portait loin,

La Dame de Shalott.



Entendu un chant, triste, saint,

Chanté fort, scandé humblement,

Jusqu'à ce que son sang soit gelé lentement,

Et ses yeux étaient complètement obscurcis,

Je me suis tourné vers Camelot.

Car avant qu'elle n'atteigne la marée

La première maison au bord de l'eau,

Chantant dans sa chanson, elle est morte,

La Dame de Shalott.



Sous tour et balcon,

Par mur de jardin et galerie,

Une forme brillante par laquelle elle flottait,

Pâle mort entre les maisons hautes,

Silencieux dans Camelot.

Sur les quais, ils sont venus,

Chevalier et Burgher, Seigneur et Dame,

Et autour de la proue, ils ont lu son nom,

La Dame de Shalott.



Qui est-ce? Et qu'y a-t-il ici?

Et dans le palais éclairé près de

Mort de la joie royale;

Et ils se sont croisés de peur,

Tous les chevaliers de Camelot;

Mais Lancelot réfléchit un peu d'espace

Il a dit: "Elle a un joli visage;

Dieu dans sa miséricorde lui prête grâce,

La Dame de Shalott. "

Commentaires sur Loreena McKennitt - The Lady Of Shalott

Aucun commentaire sur The Lady Of Shalott pour l'instant...

Commenter la musique de Loreena McKennitt - The Lady Of Shalott

D'autres titres de Loreena McKennitt

Thématique sur la chanson : The Lady Of Shalott de Loreena McKennitt

  • paroles chansons loreena mac kennit
  • parole the visit loreena mcmacnitt
Haut de page